Bloody girl

le début d’une nouvelle du recueil « Pastel noir » (la naissance d’une tueuse)

Beyoncé

   –…Si un jour je fais du ciné ? Ben, je garderai mon nom : Daya. Daya Diallo. Ça pète, non ? Mon look ? J’ai un peu tout essayé…Le genre lionne, comme Beyoncé, tu sais, son concert à Central Park. Ouais, d’accord, c’était il y a longtemps. N’empêche, j’ai choisi la même coupe pour le mariage d’Alfa… mais pas en blonde. C’est has been. En rouge feu… Quatre heures chez la coiffeuse…Pas évident ! Nous, les peuls, on a des cheveux à peine ondulés. Alors pour les friser… Les fringues ? Tu vois la robe au crochet de Beyoncé ? C’est ça, à franges… Mais pas jaune, orange ! J’étais bombax avec. Sauf qu’il faut être championne de kung-fu pour casser les petits cons qui te traite de pute… C’est du passé tout ça…Maintenant que je bosse j’ai tout remis à zéro. Sage, la fille ! Rien qui dépasse… Je suis revenue aux cheveux lisses… Pas rouges. Genre carmin foncé, si tu vois. Tiens, je te snape un selfi. Dis, quand est-ce que tu reviens par ici ? Tu me…

   – Daya ! À qui tu téléphones ? Arrête ! Ittuni ! Viens, Daya !

    Bon, je te rappelle, Kali… Ma mère pique sa crise… Dur, dur oui… Bises !

   Daya sort de sa chambre, s’approche de Salimata qui trie des photographies sur la table du salon.

   – Lâche moi, m’man, je suis majeure !

   – Longtemps…longtemps qu’Alfa n’est pas venu.

   Daya se tourne vers sa jeune sœur Dialikatou qui joue sur son smartphone.

   – Tu peux pas la sortir un peu, Diali ? Je vais les brûler ces photos.

   – Vas-y, toi ! Elle veut pas bouger de là.

   – Daya, ndaar ! Regarde !

   Sur le cliché que désigne Salimata on voit son fils Alfa et son meilleur ami, Marco, qu’on appelle aussi le rital parce qu’il a purgé six mois de prison en Italie. En réalité, il est d’origine Wolof. Son véritable nom est Bolikoro Demba. Il pèse un bon quintal et mesure près de deux mètres. 

   Daya a une moue de dégoût. Marco est sa hantise. Elle le déteste depuis la fête de son onzième anniversaire. Après le repas, penchée à mi corps sur la rambarde du balcon, elle discutait avec Diouma, sa copine de l’étage en dessous. Brusquement, elle s’était retrouvée suspendue à dix mètres du sol. Marco riait et la tenait agrippée par une jambe et un bras. Daya avait hurlé. À peine reposée sur le balcon, elle avait vomi son poulet Yassa. Alfa s’était fâché avec Marco. En fait, depuis quelques temps, elle ne pense qu’à lui et pas seulement à cause de l’histoire du balcon. Salopard de rital wolof !

   Maintenant Salimata brandit une photo du mariage d’Alfa. Celle où elle rayonne dans son boubou bleu indigo orné de losanges colorés. Près d’elle, Alfa embrasse Sandrine, la petite gauloise blonde en robe de soie sauvage blanche qui paraît encore bouleversée d’avoir été fichue dehors par ses parents. Son frère Manuel se tient un peu en retrait. Aucun autre membre de leur famille n’est venu au mariage. Près des mariés, Marco le rital se penche sur le décolleté de Daya.

    Salut, Bloody girl ! s’était exclamé Marco le rital en voyant Daya descendre du taxi devant la mairie de Stains. Salimata n’avait pas tout de suite reconnu sa fille, onduleuse sirène en  robe de dentelle orange bien trop moulante. Sa crinière flamboyait dans la lumière matinale. Seul son frère Alfa s’était extasié sur sa beauté. À coté de Daya, la mariée ressemblait à la pleine lune un soir de brouillard.

   Daya avait repoussé les assauts du rital à deux reprises au cours de la journée. Le coup de genou dans les couilles, il ne l’avait pas volé. Ça s’était passé aux toilettes. Au sous-sol du restaurant, pendant que la noce dansait. Respecte-moi, et tu vivras vieux ! lui avait lancé Daya pendant qu’il se tordait de douleur. Une affaire en suspens, avait pensé Daya. Si quelqu’un t’a mordu, il t’a rappelé que tu as des dents.

   Daya s’empare de la photo et l’emporte dans sa chambre. Elle s’approche de la fenêtre. Sous les lampadaires du parking, il y a cette tache sombre qui résiste à la pluie…

A suivre dans le recueil « Pastel noir »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s